Chroniques‎ > ‎

La vie de Louana

Depuis aussi longtemps que l’on puisse se souvenir, la petite fille avait toujours été dans les rues de Managua, (Nicaragua). Personne n'a jamais eu connaissance de sa date de naissance, ni de qui ont put être ses parents. Certaines photos ont été prises des lieux où elle a put être vue, le plus souvent dans les rues.


Cette très vieille photo est la seule qu'elle ait gardé avec elle comme souvenir d’enfance.


C’était de cette maison condamnée, totalement isolée que la petite fille (avec beaucoup de combat, cris et larmes) a été arrachée pour être amenée à l'orphelinat alors que les camions étaient en attente pour détruire le bâtiment dangereux.
 
Pendant plusieurs semaines, elle a refusé d'être habillée, nettoyée ou même touchée d’aucune façon et ne voulait pas se laisser approcher. Elle ressemblait plus à un petit chaton sauvage apeuré et n’acceptait que des restes de nourriture laissés pour elle dans une assiette posée sur le sol. Elle resta pendant longtemps isolée dans son triste monde, ne parlant  à personne, sans jouer. Son seul compagnon étant une petite poupée faite d'un vieux sac d’épicerie en plastique et de la ficelle.

 
 
 


La patience et l'engagement du personnel de l'orphelinat encourageât la petite fille à s’ouvrir sur le monde et peu à peu de timides sourires fleurirent sur ses lèvres.

Quelques mois plus tard, elle avait été nommée Jara Chamorro (elle se devrait d’avoir un nom n’est-ce pas?) Et elle fut inscrite au programme d'éducation. Très vite, elle démontra curiosité, intelligence et esprit. Elle devint une petite fille heureuse toujours prête à aider et à jouer avec ses amies. 

 
 
 
 

 
Elle était passionnée par les livres et elle semblait vouloir tout lire, mais son livre préféré de tous était "Le Petit Prince" d’Antoine de Saint-Exupéry. L’Antique bibliothèque de l'orphelinat était son refuge. Elle y passait des heures, entourée par la connaissance, la poussière noble  et l’odeur de vieux chêne.                         
                                               
                           

La rencontre

Codes et pictographie étaient depuis toujours la passion de Davina Tonelli. Quand une des conférences sur des livres et des manuscrits rares fut être organisée au Nicaragua, elle s’y inscrivit, bien loin de penser que cette décision allait pour toujours changer sa vie.

L'Antique Bibliothèque de l’orphelinat contenant des manuscrits et des livres rares qui avaient été sauvés des tremblements de terre dévastateurs de 1931 et 1972, se situait dans un vieux bâtiment où vivaient  un petit groupe de 30 fillettes abandonnées ou à risque. Les fonds pour les soutenir viennent de fonds privés et d’organisations caritatives, ou de chercheurs/universités qui souhaitent étudier les livres rares.

   « Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. »A. St Exupéry

 Davina se trouvait seule ou du moins le pensait-elle, au milieu de vieux atlas et de manuscrits raidit, poussiéreux et usés quand elle se heurta presque à une petite fille assise sur les escaliers.

-« Perdon » dit la fillette  qui se leva, prête à quitter le lieu pour laisser tranquille cette dame souriante, qui sans aucun doute voulait être laissé seule et certainement pas dérangée par une orpheline.

« Non, reste, dit Davina remarquant le livre que la petite fille avait entre ses mains. "Le petit prince" de Antoine de Saint Exupéry.

D: - «Quel est ton nom » demanda gentiment Davina, qui parlait couramment l'espagnol.

J: - «Jara», répondit la petite fille brune

D: - « Quel âge as tu? »

J: - «j’ai huit ans »

D: - "et tu vis ici? »

J: - « oui »

D: - « tu aimes lire je vois? »

J: - «Oui et ce livre est mon préféré de tous, c’est l'histoire d'un petit garçon qui vit sur une planète très petite. Je dois partir maintenant, je ne suis pas censé être ici à cette heure, et encore moins quand ils y a des visiteurs ».

D: - «Tu ne me déranges pas, répondit Davina; Si il y a un problème  je dirai que c’est moi qui t’ai demandé de me guider ».

J: - «Je peux vous guider, je connais tout sur ce lieu, je connais les titres, les auteurs, les sujets et l'endroit où ils sont supposés être. Je réorganise même les étagères quand les livres ne sont pas bien placés ».

D: - «Alors, sera définitivement mon guide personnel Jara.  Mon nom est Davina et je l'aime moi aussi beaucoup les livres ».

«C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.» A. St Exupéry

Après de longues heures ensemble dans le vieux bâtiment Davina était totalement confiante sur les capacités de Jara. Elle connaissait en effet chaque pouce et recoins du lieu. Elle se déplaçait comme la propriétaire de la bibliothèque, c était un régal pour Davina. Quels moments merveilleux elles eurent ensemble! Davina découvrit de nouvelles merveilles grâce à son petit guide charmant et passionné.

D: - "Jara, aimerais tu être adoptée? »

J: - « Oh oui, je voudrais bien, mais je suis trop vielle maintenant, les parents n’aiment que les bébés et les bambins, ils ne veulent pas d'une grande fille vous savez? »

D: - «Je serais ravie de t’avoir moi! J’ai une librairie à Monaco, c’est en Europe, et je serais ravie d'avoir une fille qui aime les livres autant que toi, de partager ma passion et mes possessions avec elle .»

J: - "Vraiment ? »

D: - «oui ma douce enfant, vraiment. Si tu es d'accord, je peux  aller dès maintenant demander au directeur de l'orphelinat le processus pour commencer les papiers d’adoption. »

J: - « J’aimerais beaucoup que vous soyez  ma maman, je serai la fille que vous avez toujours rêvé d’avoir, je le promets. »

D: - «Alors, c’est réglé. Passons maintenant voir le directeur.»

Comme l'adoption est une véritable épreuve au Nicaragua comme pour la plupart des autres pays, Davina dut séjourner dans ce pays pendant près de 2 ans. Elle loua un endroit charmant où elle continua de travailler au décodage. Elle  étudia autant qu'elle le put tous les manuscrits précieux de la bibliothèque.

Dans sa maison, elle pouvait profiter de la présence de Jara et en apprécier chaque minute. La petite fille préféra être appelé Louana, comme elle devait avoir une nouvelle vie, une nouvelle maman, un nouveau pays alors pourquoi pas un nouveau nom ? Louana était brillante et curieuse de tout, comme si de la hauteur de ses huit ans dans la bibliothèque de l'orphelinat elle avait fait connaissance de merveilles qu'elle ne pourrait  que rêver sans jamais les atteindre. Maintenant, elle pouvait, et elle le fera avec l'aide de sa maman Davina.
 
 
 


« On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux. » A. St Exupéry

***